Georges Schiffelers

Georges Schiffelers

8e Dan Judo, 7e Dan Aïkido, 6e Dan Karaté

Fondateur de l’Institut des Arts Martiaux en 1950

Première ceinture noire d’Aïkido de Belgique en 1955

Premier belge ceinture noire de Karaté en 1960

gschiffelers

Georges Schiffelers est né le 26 décembre 1921 à Bressoux (Liège).

Gymnastique

Il débute la pratique de la Gymnastique à l’âge de 10 ans à la Royale Libre de Gymnastique. Très doué, il participe vite à de nombreux concours nationaux et internationaux. Il fait partie de l’équipe victorieuse aux concours internationaux d’Epernay en 1938.

Athlétisme

En 1938, alors âgé de 16 ans, il découvre l’athlétisme en participant par hasard à un championnat pour novice à Rocourt et remporte les deux épreuves auxquelles il s’inscrit: le saut en hauteur et le lancer du poids. Dès lors, il s’affilie au R.F.C.L. section athlétisme et se distingue dans de nombreuses disciplines comme le saut en longueur, le lancer du disque ou du javelot. En 1941, il est finaliste aux championnats de Belgique Juniors au javelot et au disque où il termine troisième. En 1942 il gagne le critérium des concours du RFCL. La même année, il est champion provincial au lancement du poids et du javelot. L’année suivante il se classe sixième au championnat de Belgique du décathlon.

En plus de ses activités en gymnastique et en athlétisme il est également membre du club de natation, le Mava Club de Liège depuis 1932, membre de l’académie de Lutte en 1941 et du club de Basket-ball « L’Etoile » en 1941 et 1942.

Haltérophilie

En 1940, il s’inscrit à l’Académie Liégeoise d’haltérophilie et est déjà l’année suivante champion liégeois et champion de Wallonie. En 1942 il devient champion liégeois toute catégorie alors qu’il officie dans la catégorie « Léger ».

Très vite, il se distingue au cours de différentes épreuves ce qui lui vaudra d’être 6 fois recordman de Belgique. Il sera également 12 fois champion de Liège et 8 fois champion de Wallonie. Il terminera enfin à trois reprises troisième des championnats de Belgique ainsi que deuxième aux Jeux Ouvriers Internationaux de 1951.

En 1942, il décroche son premier record de Belgique avec 21.5Kg au bras tendu en haltère à droite. Il améliorera ce record deux fois. La même année, il devient recordman de Belgique du dévissé à gauche avec 57.5Kg. Il augmentera ce record l’année suivante avec 61Kg. Il sera également en 1949 recordman de Belgique à l’épaulé jeté en haltères séparés.

Culture Physique

Dès 1940, il installe chez lui une salle de culture physique avec un matériel des plus complets. Très vite de nombreuses personnes viennent suivre des cours.

En 1945 il est moniteur d’athlétisme et de culture physique à l’armée. Pour parfaire ses connaissance en culture physique il part à Paris suivre l’enseignement du professeur Edmond Desbonnet, l’un des pères de la culture physique française. Il reçoit le diplôme de Professeur de Culture Physique à Paris en 1947.

Il participe également deux fois au concours du plus bel athlète de Belgique et termine second en 1948.

Judo

En 1950, une nouvelle discipline commence tout doucement à faire parler d’elle : le Judo. A l’époque un seul club à Liège enseigne cette discipline. Il s’agit de l’Institut Sauveur qui s’occupe à la base principalement de Culturisme.

Pour satisfaire à la demande des élèves de son club de culturisme, il va aller suivre les cours à l’Institut Sauveur. Dès lors, il ouvre sa propre section de Judo dans son club de culturisme à Bressoux et pose ainsi les fondations de l’Institut des Arts Martiaux.

En 1951 ouvre un nouveau club de Judo à la piscine de la Sauvenière sous la direction de Jacques Callier, élève de Jean de Herdt, l’un des premiers judokas français, qui enseigne la méthode de Judo mise au point par Maître Mikinosuke Kawaishi, 7ème Dan, pionnier du Judo en Europe.

Pour parfaire ses connaissances en Judo, il s’inscrit à ce nouveau club et s’affilie à la toute jeune « Association Fédérale Belge de Judo et Jiu-Jitsu » dont le directeur technique est Jean de Herdt.

En 1952 il gagne le championnat des professeurs de la province de Liège.

En décembre 1953 arrive en Belgique un nouvel expert du Japon, Maître Ichiro Abe, 6ème Dan (actuellement 10ème Dan). Sa venue va totalement chambouler la vision du Judo en Belgique et en France allant jusqu’à provoquer en 1954 une scission entre les partisans de la méthode Kawaishi et ceux de la méthode Kodokan, enseignée par Maître Abe. Il rendra visite au Judo Club Bressoux le 25 février 1954.

Pendant l’année 1954, le Judo Club Bressoux compte déjà près de 80 membres et son professeur, Georges Schiffelers y donne 3 cours par semaine. En parallèle il continue son étude du Judo et apprend la méthode Kodokan. Cependant, lors de la scission des deux méthodes, il préfère rester du côté du Maître Kawaishi. Le 4 mai 1954 il passe son premier Dan devant Jean de Herdt, à l’époque 4ème Dan (le premier du Judo français). Fin de l’année, il prend en charge les cours de Judo donnés à la Sauvenière qui devient ainsi son deuxième club.

10 ans plus tard, le 21 février 1964 Jean de Herdt, le nomme 4ème Dan, l’élevant ainsi au rang des judokas les plus hauts gradés de Belgique.

Aïkido

Au cours de l’année 1954 il démarre l’étude de l’Aïkido dont le seul cours est donné en Belgique à Bruxelles par Maître Tadashi Abé, 6ème Dan. Directement il ouvre son propre club au sein de son Dojo de Bressoux qui devient ainsi le premier club d’Aïkido de Wallonie.

Le 10 juillet 1955 il réussit avec brio le premier examen de ceinture noire d’Aïkido de Belgique et devient, avec deux autres aïkidokas bruxellois, le premier belge ceinture noire d’Aïkido (n°167 Aïkikaï).

Il suivra par la suite l’enseignement d’Aritomo Murashige, 9ème Dan qui le nommera 3ème Dan d’Aïkido en 1962.

Karaté

En 1958 il part à la découverte d’un nouvel art martial, uniquement enseigné à Paris, le Karaté. Il suit à raison d’un week-end par mois l’enseignement du Maître Tetsuji Murakami, pionnier du Karaté en Europe. Suite à ses premiers cours, il ouvre son propre club qui devient ainsi le premier club de Karaté de Belgique.

Fin de l’année 1960, le 28 décembre, il réussit l’examen de ceinture noire à la Fédération française de Karaté devenant ainsi le premier belge ceinture noire de Karaté.

La reconstruction du Dojo

La nuit du 27 au 28 juillet 1967 un terrible incendie ravage entièrement le Dojo de Bressoux. Suite à ce mauvais coup du sort, il décide de reconstruire lui-même son Dojo, l’agrandissant et le transformant en un immeuble de quatre étages.

En 1973 a lieu l’inauguration officielle du nouveau Dojo, même si celui-ci n’est pas encore entièrement terminé. Il dispose d’un tatami d’une superficie de 150 m², l’un des plus grands de la région, à l’époque.

Il consacre dès lors toute son énergie dans la finition de son Dojo et de son immeuble jusqu’à ce qu’il soit victime en 1980 d’un double accident vasculaire cérébrale qui le rendra hémiplégique.

Il se battra durant les quinze dernières années de sa vie contre son handicap qui l’obligea à se retirer progressivement de la direction de son dojo qu’il lèguera à son épouse Louise Courant.

Georges Schiffelers est décédé le 25 mai 1995 à l’âge de 73 ans alors 8ème Dan de Judo, 7ème Dan d’Aïkido et 6ème Dan de Karaté.